Mal nommer
les choses, c'est ajouter

au malheur du monde.

Albert Camus.


vendredi 21 février 2014

Pierre-Louis Rémy: La gauche pour la famille



    La gauche ne doit pas laisser les valeurs familiales à la droite. — Les enquêtes d'opinion année après année, comme l'expérience quotidienne de chacun, en témoignent, la famille est la valeur préférée des Français. Il faut s'en réjouir, car la famille est un espace privilégié de solidarité. C'est également le premier lieu de construction de repères pour l'enfant. Que serait aujourd'hui notre société, si ces deux fonctions essentielles venaient à se tarir?

      Comment, dès lors, ne pas être atterré de la façon dont la famille est traitée, aujourd'hui, dans le débat politique? Le discours politique de la gauche comme les initiatives législatives du gouvernement sont, tout entiers, tournés vers les «nouvelles familles»… laissant la droite se poser en défenseur généraliste de la famille, alors même qu'on chercherait, en vain, dans les années récentes où elle a exercé le pouvoir, une réelle impulsion au service des familles.

    La question de la procréation médicalement assistée (PMA) pour les femmes homosexuelles occupe le devant de la scène des discours et des commentaires, que ce soit pour la mettre en avant ou pour la rejeter, comme si c'était un des sujets les plus urgents et importants d'une politique familiale.

    La famille traditionnelle, un père, une mère et leurs enfants, apparaît presque comme un vestige du passé, bien éloigné de la modernité, que chacun est invité à prendre pour idéal. Et pourtant elle représente encore la situation très majoritaire dans notre pays: plus des trois quarts des enfants vivent avec leurs deux parents.

    Bien sûr, il était juste de donner aux couples, quelle que soit leur orientation sexuelle, des droits équivalents à la mesure de leur engagement réciproque; bien sûr, il est nécessaire de donner aux familles recomposées un cadre juridique qui assure le meilleur intérêt de l'enfant; bien sûr, il faut lever l'anonymat pour permettre aux enfants nés sous X d'avoir accès à leurs origines; mais cela constitue-t-il le cœur d'une politique familiale, d'une politique familiale de gauche?

    Comme j'aimerais que la gauche nous parle de la famille, en reprenant les termes du préambule de la Convention internationale des droits de l'enfant: la famille, unité fondamentale de la société et milieu naturel pour la croissance et le bien-être de tous ses membres, et en particulier des enfants.

    Comme j'aimerais qu'elle souligne son rôle essentiel de solidarité et d'éducation. Comme j'aimerais qu'au cœur de la politique familiale de la gauche il y ait ce souci de reconnaître et d'aider les familles, toutes les familles, dans leur fonction éducative. Ce pourrait par exemple être un élément du pacte de responsabilité d'encourager les entreprises à favoriser l'articulation entre vie professionnelle et vie familiale, avec la même vigueur qu'est mise en avant l'égalité hommes-femmes.

    Comme j'aimerais que la gauche se rappelle que, chaque fois que c'est possible, et c'est heureusement la situation la plus fréquente, un enfant est heureux de vivre avec les parents qui l'ont engendré, ce qu'exprime également la Convention internationale des droits de l'enfant dans son article 7.

    Comme j'aimerais que la gauche ose dire que la famille traditionnelle reste la référence, même si, naturellement, il faut adapter le droit et la politique de la famille à la diversité des situations familiales, dans l'intérêt de l'enfant.

    C'est ce que nous avons essayé de faire à la délégation interministérielle à la famille, sous l'autorité de Martine Aubry, sous le gouvernement Jospin, avec le souci prioritaire d'aider les familles dans le concret de leur vie quotidienne. C'est, je crois, ce que souhaitent un grand nombre de nos concitoyens, en particulier de beaucoup de ceux qui se reconnaissent dans la gauche. C'est le sens profond d'une politique de gauche, qui ne discrimine personne et qui s'adresse à tous. — Pierre-Louis Rémy, ancien délégué interministériel à la famille (1998-2000). Publié dans Le Monde du mercredi 19 février 2014.

    © Photographie: Caisse d'Allocations Familiales de Paris.

lundi 17 février 2014

Nadejda Tolokonnikova (2): Le «petit peuple»



    Pendant ma détention, j'ai croisé à maintes reprises ce soi-disant «petit peuple» qui, comme on nous l'a souvent dit et répété, serait prêt à embrasser le nombril de Vladimir Poutine et détesterait les Pussy Riot et autres sodomites.

    Il s'est avéré que cet amour pour Vladimir Poutine a été inventé par l'appareil de Vladimir Poutine tout comme la haine contre les Pussy Riot. Une multitude de gens sont irrités par la gouvernance de Poutine, son irrépressible soif de pouvoir et son manque d'appétit pour de réels changements positifs pour les Russes.

    Il y a beaucoup moins d'authentiques staliniens exaltés en Russie qu'il n'est convenu de le croire. Les Russes aimeraient qu'on les respecte en tant qu'êtres humains, qu'on soit à l'écoute de leurs besoins et de leurs valeurs. Et ce «petit peuple», créé de toutes pièces par la télévision fédérale conservatrice, juge en fait avec lucidité et ironie la gouvernance de Poutine. Et ce petit peuple est prêt à soutenir et même à respecter celles qui ont réussi à se moquer de ce Poutine par la bouffonnerie, bouffonnerie si grande qu'elles en ont pris pour «deux ans» de camp. Ils ont eu beau bourrer le crâne du petit peuple à travers les médias fédéraux, celui-ci ne croit pas que tout va pour le mieux dans la nation.

    Il ressent dans sa chair que tout va mal. Le seul problème est que les gens ne disposent pas de méthode pour se plaindre que tout va mal. Le problème, c'est que dans le «monde de la vie», il n'existe pas de réelles voies de contestation. Il n'y a pas de bouton sur un tableau de bord qui permettrait de manifester son mécontentement envers le travail des fonctionnaires.

    Et comme ce bouton n'est pas disponible, alors, la contestation se cantonne chez le Russe dans le domaine de la métaphysique. Parce que celui qui ose s'exprimer contre le système administratif actuel est pris pour un kamikaze. On le considère, qui comme un fol-en-Christ, qui comme un fou, qui comme un radical et un ermite. C'est pourquoi la politique en Russie procède toujours un peu de l'art et toujours de la philosophie. Cette situation est romantique, mais mal commode. Elle est mal commode en tout premier lieu pour l'État.

    Les gens vivent dans l'attente de l'Apocalypse politique. Sachez que nous pourrons un jour nous retrouver du même côté des barricades, m'a dit un membre de la milice dans une des prisons de Mordovie. Je tente d'ironiser: par curiosité, de quelle façon, avec vos épaulettes sur votre uniforme? Mais le milicien est déjà dans le registre de la sincérité, et la causticité ne l'atteint pas, il croit en ce qu'il dit. Tout simplement. Je n'ai pas prêté serment d'allégeance à l'État. Je ne leur dois plus rien. Je vais me débarrasser de mes épaulettes et partir avec vous. Quand? Quand ce sera l'émeute. L'impitoyable rébellion russe.

    Et c'est toujours comme ça avec les Russes. Une de mes compagnes de cellule, une ancienne juge d'instruction, a eu la révélation au moment du procès des Pussy Riot, de l'avènement de ce qu'a évoqué Jean l'Evangéliste pour nettoyer la Russie de la souillure poutinienne. Toute plaisanterie mise à part, c'est une vision très typiquement russe de la manière dont doit se passer une protestation politique.

    Nous attendons le Messie, nous attendons un prophète. Attendez les gars, c'est tout de même bien plus facile que ça. Laissez la métaphysique pour créer un bon cinéma russe. Le gouvernement, ce sont des fonctionnaires, des employés de bureau que nous payons. Ce ne sont pas nos maîtres. Pas de transcendance. Pas la moindre.Le commandant du camp n'est pas notre «maître», comme on l'appelle maintenant. C'est un fonctionnaire, dont le devoir est d'agir conformément à la loi, et on peut porter plainte à tout moment contre ses agissements. Et si cette plainte est fondée, le fonctionnaire perdra sa place. Et ce n'est que justice.

    Avec notre organisation «Zone de droit», nous sommes en train de créer une instance de protestation dans les camps. En premier lieu, dans les camps de femmes, puisqu'elle n'y existe pas. Nous apportons notre soutien à ceux qui sont prêts à se battre pour leurs droits. Nous procurons des informations, des avocats, et cette marge de sécurité que confère un contrôle public.

    Nous commençons par les camps, mais nous sommes persuadés que, si nous aidons les condamnés à trouver un moyen légal pour protester contre leur asservissement, alors, nous pourrons également faire beaucoup plus pour ces nombreux citoyens russes qui veulent exprimer leur mécontentement dans le cahier de doléances du système politique de Poutine, mais qui en sont encore privés d'accès.

    Le Monde, 13 février 2014, traduit par Isabelle Chérel.
    © Photographie: auteur inconnu, tous droits réservés.

dimanche 16 février 2014

Nadejda Tolokonnikova (1): La vie à la colonie pénitentiaire IK-2




    La société Vostok-Service occupe la cent-cinquante-septième place des deux cents entreprises privées les plus importantes dans le monde, d'après le magazine Forbes. Vostok-Service appartient à Vladimir Golovnev, ex-député de Russie unie (le parti de Vladimir Poutine) à la Douma. L'entreprise de Golovnev dépasse les 18 milliards de roubles (379 millions d'euros) de chiffre d'affaires annuel. Sa production représente un tiers du marché des vêtements de travail en Russie. Golovnev dirige le Comité russe pour le renforcement de la responsabilité sociale des entreprises et porte le titre honorifique d'«entrepreneur émérite de la Russie».

    Un rouleau adhésif estampillé Vostok-Service, la marque du commanditaire de la production, est entouré autour de cette lourde matraque de bois familière à toute condamnée en Mordovie. L'administration du camp l'utilise pour frapper les couturières qui ne parviennent pas à atteindre la norme de rendement pour une journée de travail d'une durée de seize à vingt heures.

    Grâce au soutien de la matraque Vostok-Service, les femmes produisent 250 tenues de travail par jour et génèrent des revenus faramineux à M. Golovnev. La nuit du 28 au 29 décembre 2013, dans la zone de production de la colonie pénitentiaire IK-2 de Mordovie, une femme est morte. Selon les témoins oculaires, on a retiré son corps du tapis roulant. Cette femme était gravement malade et n'aurait jamais dû travailler plus de huit heures par jour. Mais l'administration du camp a besoin de milliers de vêtements pour Vostok-Service.

    Les détenues travaillent en deux équipes, de trois heures du matin à minuit, et de six heures du matin à trois heures du matin. Sept jours sur sept. Les femmes s'endorment sur leur machine à coudre et se piquent les doigts. Et meurent. Aucune des prisonnières de l'IK-2 ne peut résister efficacement à cet asservissement, dans la mesure où l'administration du camp s'est dotée d'un mécanisme bien huilé de répression de la protestation. Le protestataire est dépouillé de tout. Le camp entier se dresse contre lui.

    Il peut sembler que l'on n'ait rien à perdre dans un camp. Ce n'est pas le cas. Dans un camp, il existe un système très élaboré de privilèges que le prisonnier peut perdre s'il décide de critiquer l'administration. Comme de pouvoir porter son fichu d'une manière non réglementaire, cinq centimètres de plus que la norme. Ou de pouvoir boire du thé à une heure non imposée, à dix-sept heures. Pouvoir se laver les cheveux non pas une fois, mais deux fois par semaine.

    Les détenus tiennent à toutes ces petites choses qui constituent leur ordinaire. La thèse de Marx selon laquelle les travailleurs n'ont rien à perdre, hormis leurs chaînes, c'est n'importe quoi. Paradoxalement, la propension à prendre des risques quand on vit littéralement dans les fers est très faible. Le zek enchaîné est très prudent et craintif.

    Les gens ne protesteront que lorsqu'ils seront convaincus de la réussite potentielle d'un comportement qui s'écarte de la norme. Quand ils auront le sentiment qu'en élevant des protestations, ils ne se condamneront pas à la solitude, à l'incompréhension et à la stigmatisation, mais qu'ils se raccrocheront à quelque chose de bien plus grand que leur sursaut individuel désespéré, à quelque chose qui pourra les soutenir et les protéger dans leurs actes de protestation.

    Cette chose qui peut convaincre une personne que sa révolte est possible, nous l'appelons un institut public de revendications. C'est ce que nous, les condamnées de la colonie IK-14 de Mordovie, et Julia Kristeva appelons «la culture de la rébellion». Les colonies de femmes dans leur ensemble se distinguent par l'absence totale d'instance de revendications. Chez les hommes, des modèles de comportement alternatifs se sont forgés depuis des décennies sous l'effet d'une culture hiérarchique sans failles, relayée par les membres des gangs, pour donner naissance à une «société civile» spécifique aux camps. Dans les camps de femmes, un tel système n'existe tout simplement pas.

    Et l'administration du camp, dont le mot d'ordre est «diviser pour régner», cultive l'atomisation et le cloisonnement de la collectivité. Si un camp d'hommes représentait la France, où les gens sont capables de protester, alors le camp de femmes serait une société post-totalitaire comme la Russie, où l'on préfère avaler toutes les iniquités des fonctionnaires et les rigueurs du régime.

    Le Monde, 12 février 2014, traduit par Isabelle Chérel, suivi d'une deuxième partie, ci-dessus.
    © Photographie: auteur inconnu, tous droits réservés.